Un Nouveau Rapport Documente les Derniers Taux de Fémicide Pendant la Pandémie

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Logo shows a female symbol and the letters CFOJAUne femme ou une fille est tuée au Canada en moyenne tous les 2,5 jours, un chiffre qui reste stable selon le troisième rapport annuel sur les taux de fémicide nationaux dirigé par l’Université de Guelph.

Le rapport #Cestunfémicide de l’Observatoire canadien du fémicide pour la justice et la responsabilisation (OCFJR) a révélé qu’ un total de 160 femmes et filles ont été tuées par la violence au Canada. Lorsque l’accusé a été identifié (N=143), les décès de 128 femmes et filles impliquaient un accusé de sexe masculin (90%).

Bien que les organismes de lutte contre la violence à l’égard des femmes et les forces de police aient constaté une augmentation des signalements de violence conjugale depuis le début des mesures de confinement pour la COVID-19, les auteurs du rapport affirment qu’il est difficile d’évaluer les effets de la pandémie sur le nombre de fémicides.

Une évaluation des tendances à plus long terme sera nécessaire pour comprendre l’impact de la COVID-19, a déclaré Myrna Dawson, auteure principale du rapport et directrice du Center for the Study of Social and Legal Responses to Violence (CSSLRV) de l’Université de Guelph.

« La pandémie de la COVID-19 a permis de mettre en lumière pour beaucoup l’autre pandémie qui existe au Canada depuis bien plus longtemps – la pandémie de violence masculine envers les femmes et les filles. »

Dr. Myrna Dawson holds a microphone and speaks at a podium

Dr. Myrna Dawson

La pandémie a attiré l’attention des gouvernements sur le problème de la violence à l’égard des femmes et des filles, ce qui a conduit à un financement fédéral d’urgence de plusieurs millions de dollars pour les groupes qui s’occupent principalement des femmes et des enfants victimes de violence, a déclaré Dawson, titulaire d’une chaire de leadership en recherche de l’Université de Guelph.

On ne sait pas encore si ce financement supplémentaire a contribué à prévenir les décès liés au fémicide en 2020, a-t-elle déclaré.

« Cependant, la question ne devrait pas être de savoir si les décès ont augmenté ou diminué, mais si le financement d’urgence peut être transformé en un financement durable dont on a grand besoin à l’avenir, après le déclin de la COVID-19 » a-t-elle déclaré.

Il y a déjà un grand nombre de femmes et de filles qui sont victimisées et tuées par des hommes qui manquent de ressources pour réagir et cela doit changer à long terme, a ajouté Dawson.

Les principales conclusions du rapport de 88 pages, disponible en anglais et en français, sont les suivantes :

  • Les femmes âgées de 55 à 64 ans représentaient la plus grande proportion de victimes (19 pour cent), suivies de près par celles âgées de 25 à 34 ans (17 pour cent) et celles âgées de 35 à 44 ans (16 pour cent).
  • Les taux les plus élevés de femmes et de filles tuées par des accusés de sexe masculin ont été observés dans les Territoires du Nord-Ouest (13,68/100,000 femmes), au Nunavut (5,21) et en Nouvelle-Écosse (3,0).
  • Une plus grande proportion de femmes et de filles a été tuée dans les régions non urbaines du pays (54 pour cent) par rapport aux centres urbains (46 pour cent), malgré la plus grande proportion de personnes vivant en milieu urbain au Canada.
  • Les informations sur nature de la relation entre les victimes et les accusés (qui n’étaient disponibles que pour les deux tiers des cas) ont montré que 50 % des cas impliquaient des hommes qui étaient des partenaires actuels ou anciens et 26 pour cent des hommes qui étaient des membres de la famille.

Malgré l’attention accrue portée à la question de la violence familiale au cours des dernières décennies, les meurtres de femmes et de filles sont toujours considérés comme des événements isolés et sporadiques entre individus, plutôt que des manifestations de la misogynie et des normes sociétales concernant la violence envers les femmes et les filles, a déclaré Dawson.

« Le rôle de la misogynie – et l’attitude « tout m’est dû » parmi les hommes – continue de jouer un rôle dans la mort des femmes. Pourtant, aujourd’hui encore, nous sommes témoins d’une résistance à la reconnaissance de cette réalité » a-t-elle déclaré. « C’est pourquoi nous utilisons le terme fémicide pour souligner que les femmes et les filles sont tuées parce qu’elles sont des femmes et des filles – à cause de leur sexe ou de leur genre, à cause d’une haine envers les femmes. C’est la misogynie à tous les niveaux de notre société que l’OCFJR souhaite mettre en lumière. »

Le rapport compare les meurtres de femmes aux homicides d’hommes afin de souligner pourquoi le terme « fémicide » est nécessaire pour distinguer ces décès. Les différences documentées sont notamment les suivantes :

Les femmes étaient plus susceptibles d’être tuées par un partenaire de sexe masculin ou un membre de la famille. Les hommes étaient plus susceptibles d’être tués par des amis ou des connaissances de sexe masculin.

  • Les victimes de sexe féminin étaient plus susceptibles d’être tuées par un seul accusé par rapport aux victimes de sexe masculin.
  • Il était plus fréquent de trouver des victimes multiples dans les meurtres de femmes que dans les meurtres d’hommes.
  • Les femmes étaient plus souvent tuées dans des lieux privés alors que les hommes étaient plus souvent tués dans des lieux publics.
  • Les femmes étaient plus souvent tuées dans des lieux non urbains que les hommes.
  • L’usage excessif de la force – souvent appelé « overkill » – était plus fréquent dans les meurtres de femmes que ceux d’hommes.

Lancé en décembre 2017, l’OCFJR a été créé pour apporter une attention visible et nationale au fémicide au Canada en documentant les incidents au fur et à mesure qu’ils se produisent.

L’Observatoire s’appuie principalement sur les données recueillies dans les reportages des médias pour déterminer si un décès peut être considéré comme un fémicide. Comme les chercheurs l’ont déjà noté, les données officielles de la police et du gouvernement ne fournissent souvent pas le contexte complet entourant les meurtres, ce qui rend les décès difficiles à catégoriser.

« Cette situation s’aggrave malgré une sensibilisation et une éducation croissantes sur les éléments liés au sexe ou au genre dans la violence masculine contre les femmes et les filles » a déclaré Dawson. « L’accès à des données fiables et valables est crucial pour élaborer et soutenir des initiatives de prévention ou d’intervention. »

Contact: 

Myrna Dawson, PhD
cfoja@uoguelph.ca